“Pourquoi j’ai commencé à prendre soin de moi” : Jean raconte comment son cancer a changé son rapport à son corps

“Pourquoi j’ai commencé à prendre soin de moi” : Jean raconte comment son cancer a changé son rapport à son corps

Témoignages

Photos Shutterstock

Texte Anthony Vincent

Partager l'article sur

À 26 ans, Jean* a été diagnostiqué d’un cancer qu’un traitement par chimio et radiothérapie a réussi à endiguer. Aujourd’hui en rémission, cet avocat au Barreau de Paris de 30 ans n’a plus le même rapport au soin, à son corps, et son image. Il nous raconte ce que la maladie lui a appris.

“Je n’ai jamais été du genre à me prendre la tête concernant mon apparence, ni à prendre particulièrement soin de moi. Ado, j’ai dû aller voir une dermato une fois pour qu’elle me prescrive un soin anti-boutons, et c’était le maximum que je faisais, outre l’hygiène de base. J’avoue que j’étais le genre de mec à trouver hyper pratique le gel-douche-shampoing tout-en-un que j’utilisais même en nettoyant-visage.

Diagnostiqué d’un cancer à 26 ans

Puis, on m’a diagnostiqué un cancer à l’âge de 26 ans. Ça a été un sacré choc, même physiquement.. Quand je revois des photos de cette période aujourd’hui, c’est à peine si je me reconnais. Je me souviens avoir demandé assez tôt à mes médecins si je devais suivre un régime alimentaire particulier, d’autant que la chimiothérapie donne des nausées, et ils m’ont simplement répondu : “Le plus important, c’est que vous arriviez à continuer de manger.” Alors, c’est ce que j’ai fait. Surtout que dans mon cas, avoir l’estomac bien rempli juste avant les séances de chimio limitait les envies de vomir. J’ai rapidement pris 25 kg.

Plus de cheveux et presque plus de poils

Au bout de 3-4 séances, mes cheveux ont commencé à tomber par poignées. Puis, les cils, les sourcils, ma barbe, et une grande partie des poils de mon corps. Moi qui recevais beaucoup de compliments sur mes cheveux par le passé, j’étais devenu complètement chauve. Du coup, je me suis mis à porter un chapeau. Quitte à être méconnaissable, autant être un peu dramatique (rires). En fait, j’avais assez de problèmes comme ça, alors j’avais encore moins envie de me soucier de mon apparence.

Le précieux suivi psychologique qui coûte cher

J’ai commencé à voir une psychologue spécialisée dans le suivi de patients malades, de manière hebdomadaire au bout d’un mois de traitement . J’ai continué à aller la voir jusqu’à 3-4 mois après la fin des thérapies, parce que ça me faisait beaucoup de bien. Même les fois où j’y allais à reculons en me disant que j’avais rien à lui raconter, il en ressortait toujours des choses intéressantes qui m'aident à mieux me comprendre. Ce n’est pas pris en charge par la sécurité sociale, donc ça coûte cher, mais je le recommande si vous le pouvez, et souhaite que ça devienne remboursé pour toutes les personnes avec un cancer.

6 mois de chimio et radiothérapie plus tard, la rémission

J’ai fait 4 cycles de 2 séances de chimio, étalées sur 4 mois. Après, j’ai fait 20 séances de radiothérapie de manière quotidienne. Ce qui était épuisant, et d’autant plus anxiogène que je suis claustrophobe. Tous les jours, j’avais envie d’arrêter, de tout laisser tomber. Au bout de 6 mois de traitement, précédés de batteries d’examens, et quelques opérations (pour m’installer un cathéter à chambre implantable dans la cage thoracique, notamment), j’ai été considéré comme en rémission. Au bout de cinq ans de rémission, avec des contrôles tous les 6 mois, je pourrais enfin me dire “guéri”.

Les cheveux qui repoussent comme du duvet de bébé

Trois ou quatre mois après la fin des traitements, mes poils et cheveux ont recommencé à pousser, comme du duvet de bébé. C’était un immense soulagement, comme si mon corps reprenait vie. Pour compléter ce renouveau, je voulais aussi perdre du poids : j’ai fait WeightWathers pendant 6 mois, puis j’ai commencé à voir un nutritionniste quand les résultats stagnaient. Il m’a établi des menus quotidiens à suivre pendant 6 mois. À force de m’éduquer comme ça, j’ai arrêté de le consulter et me suis mis à compter moi-même les calories de mes repas, aidé de l’application Yazio. Au bout de 2 ans, j’ai perdu 20 kg.

Plutôt que vouloir à tout prix le corps d’avant, apprendre à apprécier celui qu’on a maintenant

Je croyais que j’allais retrouver mon corps d’avant, mais ce n’est pas possible, et ce n’est pas grave. Maintenant, il est différent mais j’en prends d’autant plus soin justement. J’ai jamais autant fait attention à comment je le traite, l’alimente, l’habille, et le pomponne. J’ai quand même une routine plutôt minimaliste : savon de Marseille, avec au moins 72% d’huile d’olive pour le visage et le corps, puis le sérum effaclar anti-imperfections de La Roche Posay et la crème de la même gamme qui convient bien à ma peau normale à tendance grasse. Une fois par semaine, je me fais un gommage puis un masque à l’argile. Avant je n’en voyais pas l’utilité, mais aujourd’hui j’ai l’impression que ça purifie ma peau, et ma tête aussi en fait, car c’est du temps que je prends pour moi, à me masser. Aussi placebo soient-ils, ces moments dans la salle de bain me font du bien !

Les petits gestes de l’entretien quotidien pour rester en bonne santé

À force de prendre soin de mon visage, j’ai voulu aussi en faire plus pour mon corps : ça a commencé par une crème pour les mains l’hiver, et maintenant je mets du lait corporel tous les matins, toute l’année. Encore un truc qui parait dispensable, mais quand on commence, on gagne tellement en confort et bien-être !

Après le cancer, j’avais trop honte de mon corps pour aller en salle de sport. Du coup, j'allais au cabinet en vélib’ uniquement. Une salle de Body HIIT vient d’ouvrir en face de chez moi, alors j’y suis allé pendant 6 mois faire des exercices de fractionnés, habillé d’une combi électrique qui intensifie le travail des muscles. J’ai arrêté parce que c’est hyper cher et que j’assume enfin assez mon corps pour oser aller en salle de gym classique. Et puis le premier confinement a coupé court à mes plans de summer body mais le vélib m’entretient bien en attendant (rires) !

Bref, le cancer m’a vraiment fait toucher le fond. Mais ça m’a aussi appris à mieux me connaître et à mieux traiter mon corps. Avec des cosmétiques, mais aussi au niveau de la nourriture, encore plus importante à mes yeux. Après avoir passé 6 mois assis ou alité, sans activité physique, je suis content de pouvoir bouger à nouveau. Et c’est l’entretien quotidien qui va me permettre de pouvoir continuer ainsi longtemps, j’espère !

*Le prénom a été modifié

La routine de Jean

Gommage Visage Doux
Masque Purifiant Visage