Bienvenue !
Mon panier

En cours de chargement...

Évitez la chute de cheveux saisonnière

Texte Camille Claudet
Photos DR

Une peur bleue de la calvitie ? Détendez-vous, c'est juste la saison.

La chute de cheveux saisonnière est monnaie courante. Autrement nommées alopécies passagères, elles durent environ 4 à 6 semaines, mais peuvent être 2 à 4 fois plus importantes chez certains alors qu’elles passent inaperçues chez d’autres. Une chevelure normale perd entre 50 et 100 cheveux par jour. C'est lorsque vous dépassez cette moyenne qu'il convient de s'en inquiéter.

Chez l’homme, on observe une phase de pousse du cheveu appelée “phase anagène”, qui dure 2 à 5 ans. Vient ensuite une période de repos dite “phase télogène”, durant en moyenne 3 mois, où les cheveux tombent - repoussés par les nouveaux. Ensuite une nouvelle phase anagène débute. L’alopécie passagère peut être réactionnelle ou due à la saisonnalité. Dans quel camp vous trouvez-vous ?

Lorsqu’elle est réactionnelle

Un événement particulier ou marquant peut causer une alopécie passagère. En effet, un nouveau régime, un choc psychologique ou même physique, peuvent engendrer une chute de cheveux anormale. Une maladie ou les traitements qu’elle engendre, sont aussi un motif probant. Un cuir chevelu trop sollicité est forcément plus sensible : portez donc une attention particulière à ne pas utiliser de produits inadaptés qui agresseraient votre crâne. Pas de panique, même si vous observez une chute de cheveux anormale, celle-ci n’est pas alarmante si elle n’est pas accompagnée de plaques, fatigue ou fièvre.

Lorsque les températures baissent…

L’automne est la saison la plus connue pour la chute de cheveux, la période la plus critique étant le mois d’octobre. Pourquoi ? Car nous connaissons un pic de poussée capillaire en Juillet, pour se protéger du soleil. Il faut noter que les cheveux déjà morts mettent plusieurs semaines à tomber, voire 3 ou 4 mois. L’automne est donc une fin de cycle. Notre cuir chevelu subit aussi les changements de température et de luminosité qui agissent sur nos hormones. Lorsque le froid se fait ressentir davantage, le niveau d’humidité baisse et le cuir chevelu est plus sec. L’hiver est aussi synonyme de stress et de fatigue, ce qui influence le rythme et la vitesse de renouvellement des cheveux.

…et lorsqu’elles remontent

Le printemps est la seconde période marquante concernant la perte de cheveux saisonnière. Les jours rallongent. Bonne nouvelle pour les verres en terrasse, moins pour votre chevelure. Lorsque les jours sont plus longs, la production de mélatonine baisse. Cette hormone jouant un rôle majeur à la bonne santé du cheveu, elle le fragilise. En plus de cela, c’est tout le corps qui se réadapte à un nouveau climat et donc une humidité plus soutenue.

Une fois l’été de retour, on constate une accélération de la pousse. L’exposition au soleil augmente la sécrétion des hormones qui régissent la croissance des cheveux, un peu comme elle peut le faire sur les plantes. Cependant, il faut bien penser à se protéger et à nourrir sa chevelure, car le soleil endommage la peau et les cheveux. Le chlore, le sable et le sel sont aussi les ennemis d’un cuir chevelu sain.

Comment contrer la chute ?

Le geste n°1 à adopter est l'utilisation d'un bon shampoing afin de nettoyer, fortifier le cuir chevelu et les cheveux. Un shampoing doux est un allié de taille. Il n’attaque pas le cuir chevelu, ce qui permet un lavage fréquent. Pour gagner en volume et résistance, choisissez un après-shampoing contenant un ingrédient connu pour freiner la chute des cheveux voire même accélérer leur pousse : l'huile de ricin. Notre après-shampoing fortifiant en contient et vous apportera de la douceur en prime.

Massez-vous le crâne quelques minutes. Les massages activent la microcirculation et stimulent le bulbe du cheveu, ce qui favorise la pousse.

Adoptez un régime alimentaire riche en protéines et vitamines B : ces dernières participent au renouvellement des cellules du follicule pileux. Optez donc pour les céréales complètes, la viande blanche, les légumineuses ou encore la levure de bière. Bien sûr, comme toujours, ne lésinez pas sur les fruits et les légumes. Un bon apport en fer est aussi nécessaire car il participe à la bonne oxygénation du bulbe du cheveu. Faites-vous plaisir avec un bon plat de fruits de mer ou en mangeant des oeufs brouillés au petit-déjeuner.

Si vous ne voulez pas vous prendre la tête niveau régime alimentaire, tournez-vous vers les compléments alimentaires. Les cheveux peuvent tomber à cause d’une carence en minéraux tel que le fer, énoncé précédemment. Commencez votre cure juste avant les périodes difficiles : cela permet d’enrayer la chute de cheveux et d’apporter au corps ce dont il a besoin.

Les choses à éviter

Tout d’abord préférez un shampoing à l’eau tiède ainsi qu’un séchage à des températures non caniculaires. Surtout, évitez de sortir les cheveux mouillés, les cheveux n'étant pas adeptes des écarts de températures trop extrêmes.

En ce qui concerne le régime alimentaire, évitez les acides gras saturés. Pour parler plus clairement : minimisez les produits d’origines animales comme le beurre, la crème ou le fromage ainsi que les produits déjà cuisinés, frits ou panés. On sait, ça ne va pas être du gâteau.

Bannissez de votre salle de bain les soins à base de silicone et de sulfates, qui sont les ennemis d’un cuir chevelu sain. Ils en obstruent les pores et l’agressent.

La chute de cheveux peut être contrée ou enrayée avec des soins naturels et un bon régime alimentaire. Cependant les traitements agissent sur la relève et non sur les cheveux en phase télogène. Si les signes persistent plus de 3 mois ou si le cuir chevelu se clairseme, allez consulter un spécialiste sans plus attendre. Les saisons n'y sont peut-être pour rien.

Préservez vos cheveux
Best seller
Shampoing doux purifiant Shampoing doux purifiant
Après-shampoing fortifiant Après-shampoing fortifiant
Best seller
Cire coiffante Cire coiffante
Crème coiffante Crème coiffante
Spray coiffant texturant Spray coiffant texturant

Sur le même sujet