Bienvenue !
Mon panier

En cours de chargement...

La grande galerie du grooming

Texte Anthony Vincent
Photos Droits réservés

À l'occasion de la FIAC 2017, nous revenons sur les artistes au grooming les plus créatifs.

Comme chaque année, la Foire Internationale de l’Art Contemporain se donne pour ambition de réunir sous la nef du Grand Palais — et hors ses murs — le meilleur de la scène artistique actuelle. Pour cette 44ème édition, du 19 au 22 octobre 2017, 193 galeries présenteront leurs poulains aux oeuvres d’or, attirant collectionneurs, curators, art dealers, artistes en quête d'inspiration et curieux. Soit le lieu idéal pour rebooster sa créativité, mais aussi assister aux styles grooming les plus… artistiques.

Maurizio Cattelan

Derrière la modestie de sa sage coupe de cheveux en brosse, légèrement rabattue sur le côté grâce à une cire mate, Maurizio Cattelan entretient un physique propret à qui l’on donnerait le bon Dieu sans confession. Mais ce faux enfant de choeur aux cheveux argents de 57 ans est passé maître dans l’art de la provocation, comme avec sa statue Him représentant un mini-Hitler en pleine prière, vendue par Christie’s près de 15 millions d’euros en 2016. Après son importante rétrospective “Cattelan without Cattelan” à la Monnaie de Paris jusqu’en janvier 2017, où l’artiste italien se jouait de sa propre absence à travers plusieurs marionnettes à son effigie, difficile de dire s’il sera présent en résine ou en os à cette FIAC 2017.

Barthélémy Toguo

Vivant entre Paris et Bandjoun dans son Cameroun natal, Barthélémy Toguo doit avoir la peau habituée aux variations extrêmes de dureté de l’eau, fléau invisible des gentlemen trotters, a fortiori pour les épidermes noirs naturellement secs. Pour éviter que l’un de ses cheveux ne viennent s’échouer sur ses chatoyantes peintures, sculptures, et autres installations interrogeant les identités, ce diplômé des Beaux-Arts a opté pour la solution radicale de la boule à zéro. De quoi mettre en valeur son visage éternellement serein, encore exempt de rides à 50 ans. Pour cette FIAC, le Chevalier des arts et des lettres s’expose hors-les-murs au Petit Palais et y revisite Crazy City une de ses installations créées en 2000. Elle se compose de dix sculptures totémiques en bois qui incarnent la violence d’un monde où l’homme cache son véritable visage derrière un masque qui n’a rien à voir avec ceux vendus chez Horace.

Salvador Dali

Même des décennies après sa mort, il continue de compter parmi les artistes les plus influents de la planète, grâce à son style surréaliste aussi bien dans sa peinture que dans son apparence. Ses cheveux, qu’on imagine ondulés par nature, s’avèrent toujours parfaitement lissés vers l’arrière grâce à la juste dose de gomina. Mais c’est surtout sa moustache qu’il a su ériger au rang de signature de son allure et de son humeur du moment : de plus en plus longue, à mesure que grandissait sa notoriété et son égo, elle défie la gravité et improvise quelques arabesques grâce à une formule tenue secrète (sans doute une cire pour cheveux à fixation forte). Control freak de son image, le dandy espagnol aurait sans doute collectionné les likes sur Instagram.

Giuseppe Penone

S’il vient de fêter ses 70 ans, Giuseppe Penone entretient la même densité capillaire que celle de ses 20 ans. Le visage rasé de près, auréolé d’une épaisse crinière grise qui confirme son statut de grand sage de l’arte povera, l’artiste figure parmi les plus grandes galeries internationales, de Gagosian à Konrad Fischer, en passant par Marian Goodman qui devrait le représenter à cette FIAC 2017. Et ce, grâce à des œuvres en matières naturelles, souvent en bois, et des gestes artistiques qui visent à rendre signifiant l’insignifiant, sprezzatura italienne oblige. Vous aurez donc de fortes chances de croiser ses sculptures évoquant des arbres reconstitués et futuristes, réfléchissant sur la fragilité de la nature, et de demander à l’artiste des conseils contre la calvitie.

Yang Fudong

Oubliez le dissident Ai Weiwei, son improbable long bouc grisonnant, et sa coupe militaire. Le nouvel artiste chinois à vénerer, c’est Yang Fudong, sommité de l’art contemporain et du cinéma d’auteur asiatique. À l’image de ses films à l’esthétique noire et blanche, inspirée de la Nouvelle Vague et du Shanghai des années 1930, l’homme ne s’habille qu’en monochrome et cultive une chevelure longueur épaules afin de mieux affirmer sa position d’artiste trop torturé pour prendre rendez-vous chez le coiffeur. En marge de la FIAC au musée Cernuschi, vous pourrez admirer ses rêveries d’un Chinois solitaire qui véhiculent ses interrogations sur la complexité d’un pays tiraillé entre tradition et modernité hyper industrialisée.

Anish Kapoor

Anish Kapoor arbore une épaisse chevelure qu’il porte mi-longue, à faire pâlir d’envie n’importe quel coiffeur. Dans son art, il parvient à mêler à une recherche chromatique profonde un biomorphisme confondant, volontiers gore. S’il ne se coupe jamais en se rasant de près tous les matins, son oeuvre monumentale évoque volontiers le sang, les tripes, et la mort, entre vertigineuse introspection et tentation transcendantale, comme avec son Dirty Corner, surnommé “le vagin de la reine” long de 60 mètres et haut de 8, exposé dans les jardins de Versailles en 2015.

David Hockney

David Hockney vient de fêter ses 80 ans cette année avec une rétrospective historique au Centre Pompidou de Paris. Il puise son inspiration dans les graffitis, les dessins d’enfants, et la vie quotidienne, dont son vécu de jeune gay dans une société britannique encore puritaine. Dans ses peintures de scènes de douche, point de trace de gel douche Horace, mais déjà un intérêt marqué pour le grooming. M. Hockney, vous devriez essayer le Bergamote - Menthe poivrée. Parole d'expert.

Soyez créatifs
Best seller
Cire coiffante Cire coiffante
Crème coiffante Crème coiffante
Spray coiffant texturant Spray coiffant texturant

Sur le même sujet