Bienvenue !
Mon panier

En cours de chargement...

Dans la routine de Sam Diss

Texte Matthieu Morge-Zucconi
Photos Alastair Nicol

Le responsable créatif de Mundial Studio parle football, acide glycolique et spray pour cheveux.

“On donne parfois rendez-vous à des clients au pub”, nous dit Sam Diss alors qu’il s’assoit au comptoir du pub attenant à la Netil House, où est situé son bureau. Logique, dès lors, de le retrouver autour d’une pinte de lager. Le journaliste, vu du côté de Vice, Four Pins ou encore Buzzfeed, est aujourd’hui responsable créatif de Mundial Studio, le studio de création du magazine de football Mundial. Rencontre pour parler football, acide glycolique et spray pour cheveux.

Bonjour Sam, est-ce que tu peux te présenter ?

Je m’appelle Sam, j’ai 27 ans. Je suis “head of creative” de Mundial Studio, le studio attaché au magazine de football Mundial Magazine.

C’est quoi, Mundial ?

Mundial est un magazine qu’on a commencé entre potes, et il s’est avéré que pas mal de gens ont commencé à l’acheter ! C’est un magazine de football. Depuis peu, de plus en plus de marques commencent à travailler avec nous sur des projets print ou vidéo, par exemple. Récemment, on a fait des choses pour adidas, le Los Angeles Galaxy, ou encore Ladbrokes.

Comment as-tu commencé à travailler avec eux ?

J’ai rencontré les gars au début, à vrai dire. C’était il y a 6 ans. Aujourd’hui, on est un peu comme un gang. Le magazine a 4 ans, et on sort 4 numéros par an. On vient de sortir le n°15, avec Hector Bellerin en couverture. Outre mon rôle dans le studio, je suis “commissioning editor” du magazine : j’écris et commissionne des articles.

Du coup, tu as une formation de journaliste ?

Non, je n’ai pas fait d’école de journalisme : c’est pour ça que je me définis plus comme rédacteur que comme journaliste. J’ai écrit pour Vice, le Guardian, Buzzfeed, Complex, Four Pins… J’ai trouvé ma niche, en quelque sorte : des choses très conversationnelles, avec une allusion à West Ham quelque part. J’aime travailler de mémoire, je suis intéressé par les légendes, et parfois ne pas me rappeler des choses et inventer un peu.

Aujourd’hui, à quelle heure commence ta journée ?

Je me réveille vers 7:00, me regarde dans le miroir, et retourne me coucher (rires) ! Blague à part, je suis assez méticuleux. Sous la douche, c’est assez classique : gel douche, un nettoyant visage à l'acide glycolique d'Anthony's, que je trouve hyper efficace ou un exfoliant Malin+Goetz. Ensuite, j’utilise le toner et l’hydratant Horace. Ma copine m’a dit que j’avais une peau mixte : pendant longtemps, j’utilisais des produits pour peau sèche, donc ma peau brillait. Pas terrible ! Je mets aussi un peu de spray au sel dans mes cheveux, pour la texture, car j’aime bien que mes cheveux aient un mouvement naturel.

Tu utilises pas mal de produits, donc.

Oui ! Et encore, ce n’est pas tout. Je n’ai pas envie de vieillir ! Il m’arrive de mettre sur mon visage une poche de glace qui me fait ressembler à Patrick Bateman. J’utilisais beaucoup de produits à 18, 19 ans, avant d’arrêter un peu, par manque de temps et d’intérêt, puis d’y revenir, car c’est cool d’avoir bonne mine. Je suis attentif aux ingrédients, car j’ai une peau sensible. Les produits Horace sont bien, pour ça. J'adore le déodorant naturel, c'est la classe. J’ai aussi recommencé à me raser : j’ai longtemps porté une barbe et j’avais oublié à quoi ressemblait mon visage ! J’utilise des produits de Cornerstone Shaving Club. Ils ont un exfoliant au charbon de pré-rasage, puis je mets leur baume de rasage et un peu de Savlon (un antiseptique anglais, nldr) si jamais j’ai des rougeurs. J’aime bien les routines complètes : si on me dit de faire A, puis B, puis C, je fais A, puis B, puis C. Je ne veux surtout pas me tromper !

À quelle heure arrives-tu au bureau ?

J’arrive vers 9:00. Je lis des articles pendant les 30 premières minutes, puis je me lance dans une session d’emails. La manière dont on travaille est très collaborative, on échange énormément, nos places changent un peu tout le temps. C’est très cool. À vrai dire, je ne suis pas un mec très productif, mais il faut que je corrige ça : j’ai commencé à écouter des livres audio sur la productivité. Je me suis inscrit sur une application, pour voir, et ils m’ont pris 60£. Du coup, je me sens obligé de l’utiliser, mais c’est plutôt utile !

Tu travailles sur ta passion, avec tes amis, ce n’est pas trop dur de déconnecter ?

Comme je te disais, l’ambiance est assez détendue. On peut jouer à FIFA au milieu de l’après-midi pour décompresser rapidement. Cela dit, il faut aussi réaliser que c’est un job, et plus seulement un hobby, ce que c’était au début. Il faut grandir, apprendre à manager. D’où les livres audio sur la productivité (rires) !

Justement, depuis quand es-tu passionné de football ?

J’ai commencé à m’intéresser au football à 4 ou 5 ans, et j’ai commencé à supporter West Ham à 6 ou 7 ans. J’ai toujours été obsédé par ça et par en parler : je suis plus intéressé par ce qui se passe autour du terrain, et pas tant que ça par la tactique, même si j’aime ça. Les rumeurs de transfert, ce n’est pas pour Mundial, on ne peut pas entrer en compétition avec les gros, qui sont plus rapides. Nous, on cherche à faire un truc que les gens peuvent lire pendant trois mois, en attendant la sortie du nouveau numéro !

C’est votre intérêt pour la dimension culturelle du football qui fait le succès de Mundial aujourd’hui, selon toi ?

Je pense que ce qui fait que ça fonctionne, c’est que beaucoup de fans de football sont comme nous, car le football est bien plus que le terrain. Ce qu’on essaye de faire, en quelque sorte, c’est transposer l’esprit du pub dans un magazine. On essaye d’instaurer un dialogue avec ces fans de football, qu’ils se retrouvent dans le magazine. C’est pour ça qu’aujourd’hui, on peut faire ça, mais aussi travailler avec des agences ou des clients pour des gros projets. Ceci étant dit, on ne ment pas sur nos chiffres : ce qu’on essaye de faire avant tout, ce sont des projets de qualité, avec du bon contenu. Les gens, je pense, comprennent ça.

Et sinon, tu joues souvent ?

Je joue en moyenne 2 à 3 fois par semaine. Je joue plus depuis cette année. Je suis un défenseur très agressif. Mon père m’a un jour dit de jouer tous les matches de foot comme s’ils étaient des finales de FA Cup. C’est donc ce que je fais. Ah, et je porte des adidas Predator roses. Il faut être un minimum bon pour les porter, je pense, donc je m'entraîne plus !

Les produits de Sam Diss
Best seller
Hydratant visage matifiant Hydratant visage matifiant
Best seller
Gel douche naturel Cèdre de Virginie/Feuille de sauge pour homme Gel douche naturel Cèdre de Virginie/Feuille de sauge pour homme
Lotion tonique Lotion tonique
Spray coiffant texturant Spray coiffant texturant
Best seller
Déodorant Déodorant

Sur le même sujet