Bienvenue !
Mon panier

En cours de chargement...

On a testé pour vous les meilleures crèmes solaires

Texte Anthony Vincent

Bronzer bien protégé, sans trace blanche, fini gras, ou abîmer l’environnement.

Que vous soyez encore au travail ou déjà en vacances, le soleil est partout. Utiliser une protection adaptée, pour prévenir les coups de soleil et le vieillissement prématuré de la peau, est donc essentiel. En théorie, l’indice de protection solaire (SPF) correspond au temps qu’il faudrait à votre peau pour souffrir d’un coup de soleil. Un SPF de 30 permet de reculer de 30 fois la dose d’UV que la peau peut recevoir avant l’apparition du coup de soleil. C’est ce qui convient à la majorité de la population, mais cela varie selon le type de peau, le lieu, l’altitude et la saison. Dans la pratique, on met rarement suffisamment de crème, par peur des traces blanches ou d’avoir la peau collante. Heureusement, les nouvelles générations de solaires tentent de protéger la peau, dans le respect de l’environnement et du style grâce à des formules invisibles et au toucher agréable.

Comment s’est déroulé le test ?

Faute de pouvoir booker des vacances à la plage exprès pour cet article, j’ai évalué différents produits solaires pendant mes 10 km de course du week-end en plein cagnard dans un parc au bord d’un lac et quelques déjeuners sur l’herbe en bonne compagnie. Des expositions de plus d’1h à une période où le mercure dépasse les 30°C pour mieux éprouver la résistance des protections solaires testées.

Pour rappel, la surexposition au soleil est dangereuse. Une protection solaire ne protège pas à 100%. Une quantité insuffisante de produit diminue le niveau de protection. Votre protection solaire doit être renouvelée toutes les deux heures, ou après avoir sué, s’être baigné ou essuyé.

La plus discrète : Set + Protect Micro Mist SPF 30 de Soleil Toujours

À base de filtres chimiques inoffensifs pour l'environnement, cette protection solaire à large spectre promet un fini invisible et revendique une résistance à l’eau pendant au moins 80 minutes.

Le packaging : 10/10. Vendue dans un joli étui en carton, cette brume solaire se présente sous la forme d’une petite bouteille en plastique bleu paon ultra-compacte de 59 ml. Une contenance aéroport-friendly qui se glisse facilement dans un kit voyage. Sous le bouchon, la large tête du spray assure une prise en main pratique.

L'application : 9/10. Il suffit de secouer la bouteille avant de vaporiser la brume à une quinzaine de centimètres de la peau pour se protéger. Aucun étalement nécessaire, ce qui est particulièrement hygiénique si on veut en appliquer au cours de la journée. Totalement invisible, la formule laisse un fini à peine moite au moment de l’application et dégage une légère odeur d’alcool et de produits solaires typiques, avant de disparaître et de laisser la peau sans aucune brillance.

L'usage : 8/10. J’ai adoré son format pratique et son application hygiénique pour la garder toujours sur moi, dans ma banane de course et dans mon sac à dos de ville. Elle est tellement imperceptible que je me demande toujours si j’en ai mis assez.

Prix : 38 € les 59 ml.

Note finale : 8,6/10.

La plus plaisante : Eau de protection solaire Idéal Soleil SPF 30 de Vichy

En plus de filtres chimiques de protection solaire à large spectre, cette lotion biphasée pour le visage et le corps est enrichie en béta-carotène afin de mieux préparer la peau au bronzage et sublimer le hâle. Hypoallergénique, elle contient de l’Eau Thermale Minéralisante de Vichy.

Le packaging : 9/10. La bouteille transparente orangée permet de voir quelle quantité de produit il reste sur les 200 ml. Pouvoir voir la phase grasse et la phase aqueuse de la solution sert aussi de parfait pense-bête pour rappeler qu’il est nécessaire de bien l’agiter avant de se vaporiser. C’est le cas pour beaucoup de solaires, mais je ne l’avais jamais réalisé avant ce produit.

L'application : 8/10. Après avoir secoué la bouteille pour mélanger phase grasse et phase aqueuse, on peut se vaporiser le corps puis étaler à la main. Fluide comme de l’eau, le liquide jaune clair se répartit facilement et laisse un toucher soyeux à peine collant qui s’estompe au bout de plusieurs minutes. Une très légère odeur de pêche reste sur la peau qui paraît lumineuse et même hydratée, ce qui est parfait pour sublimer le bronzage.

L'usage : 7/10. La transparence de la bouteille qui laisse voir les deux phases se mélanger m’a beaucoup amusé et donné envie d’en mettre le plus souvent possible juste pour le plaisir. Elle résiste bien à la sueur et se rince facilement, ce qui la rend parfaite pour les activités en plein air, même sportives, et faire bronzette, en ville ou en vacances. En revanche, comme elle ne revendique pas résister à l’eau ni être inoffensive pour l’environnement aquatique, elle ne semble pas être la protection solaire idéale pour se baigner en mer.

Prix : 19,30 € les 200 ml.

Note finale : 8/10.

La plus "vacances à la mer" : Waterlover Sun Milk SPF 50 de Biotherm

Spécialement conçue pour résister aux baignades sans nuire à l’environnement aquatique pour autant, cette protection solaire à large spectre à base de filtres chimiques affirme être biodégradable à 95%.

Le packaging : 6/10. Recyclable à 100%, le flacon-pompe jaune est pratique mais ressemble un peu à un jouet et son plastique opaque ne permet pas de savoir quelle quantité de produit il reste. Comme il n’y a pas de bouchon, on a toujours un peu peur que la pompe ne s’actionne dans le sac de plage.

L'application : 7/10. Grâce à sa texture de lait, une petite quantité permet de couvrir une large zone. Il faut bien masser la matière blanche une dizaine de secondes pour que la peau l’absorbe, et un peu plus longtemps à travers les poils. Bien travaillé, ce lait ne laisse aucune trace blanche, ni d’effet gras, mais bien un toucher sec appréciable, qui ne collera pas au sable de la plage.

L'usage : 8/10. Passée la dizaine de secondes désagréables à le masser à travers ses poils, ce lait solaire se fait vite oublier. Par forte chaleur, sa texture un brin épaisse reste quand même moins agréable qu’un spray sur un visage à peau mixte à grasse, mais ne laisse pas la peau blanche ou luisante et c’est bien là le principal. Invisible et éco-friendly, il convient donc aussi bien en ville qu’à la mer, sans peur d’abîmer les coraux.

Prix : 36 € les 200 ml.

Note finale : 7/10.

La plus naturelle : Crème Solaire SPF 50 de EQ Love

Avec une composition à 100% d’origine naturelle, certifiée Bio par Ecocert et labellisée Cosmebio, la crème solaire EQ Love promet de protéger les peaux les plus sensibles et de résister à l’eau sans nuire à l’environnement.

Le packaging : 9/10. Simple et compact, le tube de crème avec un bouchon à visse ne risque pas de s’ouvrir dans un sac et peut même être transporté en cabine grâce à sa contenance de 50 ml.

L'application : 5/10. La texture de crème riche a une légère couleur saumon à la sortie du tube, mais comme souvent avec les filtres minéraux, elle laisse un film blanc très visible une fois étalée sur la peau et une légère odeur de pâte à modeler. Pour qu’elle se voie moins, j’en ai mis le moins possible, au risque d’être moins bien protégé. Rien n’y fait, j’ai beau l’étaler, la crème n’est pas faite pour pénétrer la peau mais bien rester en surface pour la protéger, et ça se voit, surtout au niveau des poils.

L'usage : 8/10. Inutile de s’infliger son fini Casper le gentil fantôme en ville, mais elle est parfaite pour les sports aquatiques, les peaux très sensibles, et les enfants. Pour le coup, on sait où on en a mis et quand en réappliquer vu qu’elle se voit beaucoup. Elle tient très bien malgré la sueur et les frottements. Je m’en suis servi une fois pour courir 10 km sous le soleil, et j’ai ensuite pu voir à quel point elle résiste à l’eau sous la douche : j’ai dû me savonner deux fois.

Prix : 19,95 € les 50 ml.

Note finale : 7,3/10.

La grande gagnante : Soleil Toujours. La Micro Mist SPF 30 de Soleil Toujours peut réconcilier les plus réfractaires aux crèmes solaires grâce à son format pratique, sa texture ultra-légère et sa protection invisible. Parfaite pour sortir couvert sans être déguisé en fantôme.

Sur le même sujet