Bienvenue !
Mon panier

En cours de chargement...

Tops et flops d’une première semaine à Rio

Texte Vadim Poulet
Photos Droits réservés

De l’art du grooming en compétition sportive.

Après plus d'une semaine d’affrontements internationaux, de piscine verte et de sueur qui ont couronné (comme souvent) Michael Phelps, Teddy Riner ou encore Usain Bolt, il est temps d’un bilan grooming de la première semaine de sport à Rio.

Les tops

Le coiffeur de Pogba est le plus gros transfert de l’année

Cela ne fait plus aucun doute : Mika Caiolas, le coiffeur de Paul Pogba, est bien plus demandé que Mino Raiola, son agent. Déjà présent lors de l’Euro sur la tête de Quaresma, Ronaldo et donc Pogba, l’artiste capillaire a déjà laissé sa marque au Brésil. Sur le crâne de Marquinhos, d’abord, avec une coupe sobre, courte, dotée d’un simple trait sur le côté droit. Et surtout, dans le dos de Tony Yoka, un boxeur français engagé dans la catégorie des Super-lourds hommes, ceux de plus de 91 kilos. Le colosse a en effet désormais l’arrière du crâne orné de deux gants de boxe, l’un bleu, l’autre rouge, séparés par une étincelle blanche, qui symbolisent autant le combat qui l’attend que la nation qu’il représente.

Le man bun est au sommet (du crâne)

Particulièrement chez les basketteurs, le chignon est toujours en vogue. Il est avant-gardiste chez Aron Baynes, l’australien qui porte une barbe rousse en bataille, le crâne rasé et une mèche de cheveux nouée en son sommet. Antoine Diot arbore le sien, le steeple-chaser Evan Jager aussi, de même que le gymnaste anglais Louis Smith. Ce dernier l’a d’ailleurs tellement ramené avec son man bun que les supporters anglais considèrent sa coiffure responsable de sa chute au cheval d’arçon, qui a privé les britanniques de la troisième place au concours. Il faut dire que ne pouvait pas rester impunie cette déclaration récente : « je n’ai jamais vu personne avec cette coiffure avant, et il agréable d’être différent ». Il faut lire Horace plus souvent. Ou suivre le Snapchat de Draymond Green, qui a recoiffé tous ses coéquipiers de Team USA avec humour.

La magnum d’Andy Bisek

Andy Bisek n’a rien à voir avec Tom Selleck, mais tout avec Foxcatcher. Lutteur gréco-romain classé cinquième mondial, l’Américain semble tout droit sorti de l’écurie de John du Pont. Il faut énormément de confiance pour se balader avec une coupe au bol et une moustache aussi fournie, d’autant plus que la pousse de cette dernière est souvent inégale et broussailleuse. Mais elle est aussi extrêmement puissante lorsqu’elle est assumée, au premier ou au second degré, et dégage une assurance qui fera forcément son effet. La coupe est en sus extrêmement simple à réaliser : il suffit de ne pas lutter contre la pousse de vos poils, puis de coiffer sa moustache au peigne avant de couper ce qui dépasse de votre lèvre, en en suivant la courbe. Facile et inoubliable.

Mention spéciale :

La barbe de bûcheron de Seth Weil ne passe pas inaperçue dans un équipage d’aviron qui rappelle plus souvent les joues lisses et preppy de l’Ivy League : une si longue barbe est un témoignage de votre patience et de votre engagement sur le long terme envers quelque chose. C’est en outre plus facile à entretenir qu’un bonsai, la barbe ne nécessitant qu’un shampoing et une huile adaptés. Attention toutefois : ses poils sur les épaules sont fort disgracieux. L’impair n’est pas loin.

Les flops

Lochte est vert d’eau

Nous avions pourtant prévenu Ryan Lochte dans notre article sur les menaces que fait peser le chlore sur les cheveux : une compétition de natation n’était vraiment pas le bon moment pour céder à la mode du cheveu argent/bleu ciel. Le nageur, qui a toujours porté un grill aux compétitions olympiques, a en effet décidé cette année de faire « quelque chose de différent. »

« Alors je me suis dit, pourquoi pas les cheveux ? » a-t-il précisé. Pourquoi pas ? Tout simplement parce qu’il n’y a pas que l’eau des bassins qui verdit à Rio : les cheveux teints aussi. Il y avait de nombreuses précautions à prendre pour que la teinte bleu clair, presque argent, du nageur ne devienne pas verte : utiliser un shampooing argent pour contrer l’action de la saleté et de la sueur, et éviter les piscines. Il semble qu’il n’en ait pris aucune vue la vitesse du changement, constaté en trois photos sur Instagram, et qui l’oblige désormais à utiliser des filtres bleuissants son cuir chevelu. Rappelons à toutes fins utiles qu’une pétition réclame aujourd’hui que Lionel Messi ne soit plus blond. Pensez-y avant de prendre une mauvaise décision.

Rickie Fowler ou Pee-wee Herman ?

Le golfeur américain Rickie Fowler n’est pas étranger des fantaisies capillaires, mais il a battu tous les records lorsqu’il a rejoint la Team USA lors de la cérémonie d’ouverture. Il s’est en effet présenté avec une coupe d’adversaire de James Bond : une undercut poussée à l’extrême, le côté rasé de près et le haut du crâne extrêmement long, la mèche coiffée en arrière et sur le côté pour un résultat surréaliste. Heureusement pour lui, le golf se joue avec un couvre-chef qui lui permettra de dissimuler son prochain bad hair day. Et dans quatre ans, il n’aura qu’à aller voir Mika, le coiffeur de Pogba.

Les produits pour briller aux Jeux Olympiques

Sur le même sujet